D’où viennent les couleurs du vin ?

L’automne est arrivé, et l’arrivée de l’hiver ne se fera plus attendre. Une boisson qui revêt une importance particulière pour nous est le vin, et c’est pourquoi nous nous intéressons à la façon dont il apparaît dans différentes couleurs. Nous nous intéressons au rose, à l’orange, au jaune et au bleu pour rendre hommage à la saison.

Les conditions pour obtenir la couleur du vin

  • Le cépage

L’un des facteurs les plus déterminants pour la teinte d’un vin est le type de raisin utilisé pour sa fabrication. Si vous comparez le cabernet sauvignon au pinot noir, vous verrez que le premier a moins d’effet de coloration. C’est le cépage qui est responsable de la gamme d’intensité de la couleur du vin dans le verre.

  • Au gré du temps

Si vous voulez que votre vin blanc ou rouge soit le plus beau possible, conservez-le dans un environnement frais. Mais il n’y a pas que la chaleur qui compte ; l’orientation des vignes par rapport au soleil, l’altitude et même la possibilité d’un microclimat jouent tous un rôle.

  • C’est le processus d’élaboration du vin, ou la vinification.

La pression d’extraction a un impact sur l’intensité de la couleur. On peut obtenir plus de pigments de certaines matières en utilisant des méthodes de traitement spécifiques.

  • L’élevage

La couleur d’un vin peut être ternie par un embouteillage rapide qui n’implique aucun passage en barrique. En faisant vieillir le vin dans l’un de ces récipients, la couleur du vin deviendra plus profonde et plus complexe.

  • Haute qualité

La perte de teintes et de couleurs est particulièrement problématique dans les vins « industriels » produits en masse. En revanche, un vin conçu pour bien vieillir peut conserver, voire développer, l’intensité de sa couleur pendant de nombreuses années.

A lire aussi : quelle tireuse à bière choisir ?

D’où vient la couleur du vin rosé ?

Non, le rosé n’est pas une combinaison de vin blanc et de vin rouge. En fait, cette méthode n’est légale que dans des circonstances exceptionnelles, comme la production de champagne rosé. L’authentique vin rose est élaboré selon deux procédés distincts. En outre, vous obtiendrez également du rosé de pressurage direct, fabriqué à partir de raisins qui sont pressés sous une pression extrême ici même. Dans la plupart des cas, il en résulte un rose très pâle. D’autre part, nous aurons du rosé de saignée, dans lequel le raisin est enfermé comme dans du vin rouge, mais la période de macération est beaucoup plus courte.

Les vins à la couleur ordinaire, dans les tons de jaune, d’orange, de bleu

  • Vino Bianco (vin jaune)

Le savagnin, le vin jaune caractéristique du Jura, est produit à partir d’un cépage autochtone. Sa coloration unique est le résultat d’un travail artisanal minutieux. Une fois la fermentation terminée, il sera élevé pendant six ans et trois mois en fûts de chêne, mais sans être complété par du vin nouveau. Une fine couche de levure se forme alors à la surface du vin, le protégeant de l’oxygène et l’empêchant de se gâter. Grâce à cette méthode, le vin jaune est très unique. L’événement est ensuite commémoré à la Percée du vin jaune, lorsque le premier millésime de vin jaune est mis en bouteille chaque année après avoir vieilli pendant six ans et trois mois.

  • Le vin orange, ou l’orange wine

Un verre de vin orange n’est rien d’autre qu’un verre de vin blanc taïwanais. En fait, c’est le processus de vinification qui est responsable de la couleur du produit fini. Il s’agit simplement d’un vin blanc fabriqué de la même manière que le vin rouge.

  • The Blue Wine / Le Vin Bleu

Le pigment naturel qu’est l’anthocyane est extrait de la peau des raisins qui ont déjà servi à la fabrication du vin, qui est ensuite mélangé à des raisins blancs et rouges pour obtenir la teinte souhaitée. Les Corses produisent également un vin bleu dont les nutriments proviennent d’herbes et d’algues. Sa production est protégée par le droit des brevets.

Les vins de couleurs vert, de rouge et de blanc

  • Un vin à l’étiquette verte

Un vin vert portugais est enfin arrivé. Pour en savoir plus sur ce « vihno vert« , lisez l’article que nous lui avons consacré !

Bien sûr, la couleur du vin est beaucoup plus nuancée que le rouge, le blanc, le rose, l’orange ou le bleu. Un rouge rubis, violacé, acajou, ou grenat, et un blanc or, citrine, verdoyant, ou paille pâle seront les couleurs de discussion. Si nous discutons de l’apparence d’un vin, nous nous concentrerons sur trois caractéristiques : la couleur, la clarté et l’intensité du vin. On peut en apprendre beaucoup sur le caractère et les qualités d’un vin en l’observant, en le regardant et en l’appréciant pendant qu’on le boit. Pour une fois, lavez vos yeux autant que vous le souhaitez.

  • Le vin rouge

L’habillage du vin rouge peut varier d’une baie à l’autre. Il est possible de tomber sur un vin cramoisi profond habillé d’un vêtement cérisé, rubis, pyrope ou violet. La couleur du vin peut évoluer vers le tuilé en vieillissant.

  • Le vin blanc

La robe des vins blancs et des vins plus légers comme le champagne, le vin mousseux et le pétillant peut aller du vert au rouge. Il existe de nombreuses nuances de jaune, vert, or, bronze et ambre qu’un vin blanc peut prendre.

Il existe des vins blancs secs et des vins blancs doux, qui ont tous deux tendance à être plus ou moins transparents. La couleur de la peau du vin peut aller du jaune doré à un ambre plus profond dans les vins doux.

Il est évident que les raisins à la peau foncée produisent des vins rouges et roses, tandis que leurs homologues à la peau plus claire produisent des vins blancs. La couleur naturelle du raisin peut être perdue au cours du processus de vinification, transformant un raisin noir en vin blanc. Il est clair que la couleur du raisin n’est pas le seul élément en jeu ici.

Si les vins blancs secs sont les plus courants, les vins blancs doux, comme le moscato au miel et le blanc de blancs à l’alcool, ne sont pas en reste.