Les raisins pour un bon vin rosé

« Le moment, le partage, le social, un vin sans compromis », voilà comment on décrit le vin rosé. Les vins rosés ont gagné une part importante du marché au cours des dernières années, représentant une véritable tendance viticole.

De nombreux producteurs du monde entier ont commencé à considérer le rosé comme un vin à part entière, mettant en place toutes les opérations nécessaires pour proposer une offre plus raffinée et axée sur la qualité, au point d’atteindre des niveaux de production importants, tant en termes de volume que de valeur du vin obtenu.

Cette catégorie offre un large éventail de couleurs, et le marché d’aujourd’hui propose un large éventail d’options. Dans l’ensemble, ces vins ont des arômes et des saveurs délicats, sont faciles à boire et ont une fraîcheur qui les rend idéaux pour les apéritifs et un large éventail d’autres repas. En raison de leurs remarquables qualités organoleptiques, ils ont désormais conquis les palais des amateurs de vin du monde entier.

Qu’est-ce qui donne sa teinte rose à un vin rosé ? De quel type de raisin sec s’agit-il ?

La majorité des rosés sont élaborés à partir d’un cépage rouge. Le Pinot Noir, la Syrah, le Grenache, le Mourvèdre, le Carignan, le Cinsault, le Merlot, le Malbec, le Cabernet Sauvignon, le Tempranillo, le Sangiovese et le Zinfandel sont parmi les variétés les plus utilisées dans la production du vin rosé. Les cépages (raisins secs) sont assez polyvalents pour être utilisés seuls ou dans un mélange.

Les cépages du rosé sont parfois spécifiques à chaque pays. Ainsi, un rosé espagnol peut être fortement influencé par les cépages Tempranillo et Garnacha, tandis qu’un rosé italien peut s’appuyer davantage sur le Sangiovese, et que les Américains peuvent pencher davantage vers le Cabernet, le Merlot et le Zinfandel.

Les rosés produits dans la région de Provence, en France, ont une longue et brillante histoire ; ils sont, sans aucun doute, parmi les meilleurs du monde. Cinq cépages principaux composent le vin rosé de la Côte d’Azur : Cinsaut, Grenache, Syrah, Mourvèdre et Tibouren.

A lire aussi : méthode pour convertir des mètre cubes en litres

Si le temps de contact avec les peaux est moindre, la couleur du vin sera plus claire. Un temps de contact prolongé avec le jus et les peaux entraîne des changements de couleur qui vont d’un rose vif orangé à rien de moins qu’un rose vif.

Les rosés pétillants sont traditionnellement élaborés avec une combinaison de raisins secs rouges et blancs ; bien que cette pratique soit souvent limitée à la catégorie des mousseux, elle a fait son apparition dans les pratiques de production de certains vins rosés tranquilles dans les pays où elle est autorisée. En France, cette pratique est interdite pour les vins considérés comme « endormis ».

Le profil olfactif et gustatif du vin rosé

Le profil olfactif du vin rosé et les arômes des vins rosés ont eu tendance à être des versions plus subtiles de leurs homologues vin rouge. Les fruits frais, la cerise et la framboise sont les plus souvent demandés, les agrumes et la pastèque l’étant également. En ce qui concerne le vin rosé, il peut aller de l’ultra-sec à un peu fruité selon la région, le raisin et même le producteur.

Autrefois méprisé par les viticulteurs comme étant de faible qualité, le vin rosé est aujourd’hui considéré par beaucoup comme un exemple de la manière dont l’intelligence en œnologie est plus importante que jamais.

Le facteur le plus essentiel influençant la procédure est le contrôle de la couleur, qui aura un effet sur le profil des organoleptiques et l’expérience gustative. En effet, plus la couleur de la rose est intense, plus il est crucial d’extraire les composés phénoliques et aromatiques, qui caractérisent le corps et le parfum final.

L’intensité de la couleur et de l’arôme est principalement déterminée par la macération des raisins secs en rouge. Il existe de nombreuses façons d’élaborer des rosés à la fois doux et puissants, de quelques heures de macération dans le pressoir à plus de dix heures, ce qui donne des rosés qui ressemblent à des vins rouges corsés. Pour obtenir la couleur souhaitée, il est essentiel de choisir la bonne période de vente : c’est le seul moyen de trouver l’équilibre parfait entre la fraîcheur, la maturation technologique, les composés phénoliques et les précurseurs aromatiques.