Comment prévenir la coulure des raisins ?

Un bon entretien de la vigne et la croissance de raisins savoureux sont les clés de l’élaboration d’un bon vin. Bien qu’un certain nombre de maladies, dont le mildiou et le millerandage, puissent avoir un effet sur la récolte, celles-ci sont les plus courantes. Les maladies de ce type frappent lorsque les fruits sont encore au stade de la floraison ou de la maturation. En effet, elles se manifestent lorsque les circonstances météorologiques sont défavorables au développement des sarments de la vigne. La question est alors de savoir comment éradiquer la tache de couleur.

La coulure, est-ce une maladie viticole ?

Lorsque les fleurs de la vigne ne sont pas correctement soignées, elles sont plus susceptibles d’être atteintes d’une maladie appelée coulure, qui entraîne finalement leur disparition. Cette maladie se manifeste souvent en présence de glace ou lorsque les températures sont trop basses pour favoriser la floraison. Par conséquent, certains cépages sont plus sensibles à la coulure que d’autres, comme le Merlot et le Grenache.

Les vignes atteintes de l’enroulement des feuilles ne fleurissent pas ou moins, ce qui donne des fruits peu nombreux et inutilisables pour la fabrication du vin. La plupart du temps, ces fleurs tombent simplement au sol sans résistance. À cause du mauvais temps, elles ne peuvent pas se défaire de leur chapeau, ce qui les empêche de devenir fécondées.

C’est durant cette période de transition entre les phases hétérotrophes (préfloraison) et autotrophes (lorsque la vigne se gorge de minéraux et de macronutriments, permettant le développement des fruits) que les premiers signes de couleur apparaissent, souvent vers le mois de mai.

A lire aussi : quel raisin est le meilleur pour faire du champagne ?

Quels sont les facteurs qui contribuent à la Millerandage et coulure ?

Le millerandage (maladie de la vigne) : le millerandage (à ne pas confondre avec la coulure) résulte d’une fécondation incomplète des fleurs et produit peu de fruits. Il en résulte une répartition très hétérogène du calibre et du degré de maturité des fruits à l’intérieur d’une même grappe. Les précipitations et les températures froides pendant la floraison sont des coupables météorologiques courants. Le millerandage peut également être provoqué par un manque de bore. Il est parfois important de faire la différence entre la coulure et le millerandage.

Le phénomène naturel appelé « coulure » se produit à l’équinoxe de printemps et est responsable de la mort d’une partie des fleurs. Ces fleurs mal entretenues vont inévitablement tomber ou pourrir. La coloration accidentelle, qui exagère le phénomène naturel sous-jacent, peut entraîner dans certains cas une baisse importante du rendement.

Le millerandage est un trouble moins grave que la coloration. C’est l’évolution des enclos sans pigeons (apyrènes). Elles n’atteignent pas leur taille normale alors que toutes les autres croissent normalement. Après avoir mûri, ils deviennent plus sucrés et moins acides.

Comment lutter le plus efficacement possible contre la coulure ?

Vous avez probablement compris que les origines climatiques du scorbut et de la rougeole les rendent difficiles à combattre. Même si les insectes et les maladies de la vigne peuvent être éradiqués, ils sont encore plus difficiles à combattre. Par ailleurs, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de traitement susceptible d’atténuer les effets d’une mauvaise floraison et d’un mauvais développement du raisin.

Toutefois, vers la fin de la floraison, on peut procéder à un rognage, qui est une méthode de sectionnement vertical de la vigne. Ainsi, les minéraux et autres macronutriments sont distribués de manière plus uniforme tout au long de la phase autotrophe. Lorsque la « nourriture » de la vigne est répartie de manière homogène, les pointes de fruits et les grappes de raisin peuvent se développer et mûrir sans problème. 

Toutefois, la phase de rognage doit intervenir au moment opportun, c’est-à-dire ni trop tôt ni trop tard. En outre, vous devrez avoir une grande expérience préalable de la culture des raisins secs si vous voulez obtenir des résultats positifs. Pour reformuler, il est essentiel d’optimiser la croissance et le développement des raisins pendant la période autotrophe (lorsque la photosynthèse reconstitue les ressources de la vigne).

De plus, nous avons déjà évoqué la nécessité d’une analyse de sol afin de pallier les éventuels problèmes de forage. Au moment de la floraison, cet oligo-élément est crucial. S’il venait à manquer, on peut envisager d’augmenter la porosité du sol et d’empêcher le pourrissement et le développement des mauvaises herbes. En outre, les établissements commerciaux donnent accès à de l’engrais riche en nutriments, qui peut être utilisé pour lutter contre les maladies à l’origine de la baisse de rendement.