D’où vient la couleur du vin rouge ?

Le vin fait une forte première impression grâce à sa palette de couleurs frappantes. Si les viticulteurs n’utilisaient qu’une seule variété de raisin sec pour faire leur breuvage, les vins n’auraient pas cette profondeur de parfum ! Tout est question de cépages lorsqu’il s’agit de couleur. Les nombreuses variétés de plants de vigne ont des arômes distincts ainsi qu’une coloration et une intensité variables, tant au niveau des pigments que des autres composés.

La pulpe du raisin sec, qu’elle soit blanche ou rouge, aura sans doute un impact sur la couleur du vin, mais c’est la peau du raisin sec qui joue le rôle le plus important. Lorsqu’ils sont rouges, ils vont colorer le jus rien qu’en entrant en contact avec lui, et les résultats peuvent aller du cristallin au flamboyant.

Peut-on faire du vin rouge avec des raisins blancs ?

Non, ou alors seulement un très faible pourcentage de raisins blancs, le reste étant des raisins rouges. Il est possible de faire du vin orange à partir de raisins secs blancs, mais le processus de macération prolongée est nécessaire. Rien de plus compliqué que de laisser macérer des raisins secs blanchis avec des peaux aussi longtemps qu’une bouteille de vin rouge, c’est-à-dire plusieurs semaines.

C’est la dernière lubie de certains cavistes, mais le vin orange est originaire du Caucase, du temps de l’antiquité et de la conservation du vin dans des amphores…

Alors qu’en utilisant des raisins blancs, vous ne pourrez plus faire votre foncé ; au contraire. Et si vous êtes un fan de la couleur orange, vous pouvez aussi acheter une grande bouteille de whisky blanc et la laisser vieillir pendant des décennies… Si vous avez des nouvelles, dites-le nous !

C’est la peau du raisin noir qui donne sa couleur aux vins rouges, et cela est particulièrement vrai pour le vin rouge. Les raisins sont mis à macérer dans du jus de raisin sec, une technique très rarement utilisée dans la production de vin blanc. Au cours de cette macération, la couleur présente dans la peau des raisins secs est transférée au jus.

Il s’agit plus précisément des anthocyanes, des molécules solubles dans l’eau qui migrent et donnent au vin sa couleur. Cette macération permet également au vin de récupérer ses tanins et la plupart de ses arômes distinctifs, ce qui constitue un avantage supplémentaire de ce processus. 

A lire aussi : y a-t-il une raison pour laquelle le vin blanc n’est pas bon pour l’articulation ?

Quelle est l’origine des différentes nuances de vin rouge et de vin blanc ?

Un certain nombre de variables sont prises en compte lors de l’exécution du programme. En voici une liste non exhaustive :

La variété de raisin sec est appelée « cépage« . Par exemple, la peau du pinot noir, du grenache ou de la syrah a un pouvoir colorant moindre que celle du cabernet-sauvignon. Il en résulte des différences d’intensité dans l’aspect du vin dans le verre.

Qu’il soit blanc ou rouge, un climat frais donnera plus de clarté à l’image qu’un climat chaud. Attention : Il ne s’agit pas d’une règle unique, car d’autres facteurs tels que la position du soleil, l’altitude, le millénaire et un éventuel microclimat entrent en jeu dans l’environnement d’un vignoble.

  • La vinification : plus l’extraction est intense, plus la couleur sera éclatante. Afin d’extraire plus de matière et donc plus de couleur, on utilise les procédés de pigeage ou de remontage.
  • L’embouteillage rapide sans passage préalable par une cuve ou des barriques est souvent associé à une faible intensité chromatique (faible intensité de la couleur). Lors du vieillissement dans ces récipients, les anthocyanes changent de couleur et s’enrichissent, donnant au vin une teinte plus vive, plus vibrante, voire opaque. Il ne faut pas oublier le processus de vieillissement en barrique, qui consiste à laisser reposer un vin rouge dans une bouteille d’eau ouverte jusqu’à ce qu’il prenne une couleur cerise, grenat, voire tuile ou marron.
  • La qualité : Pour faire simple, si vous faites des vins « industriels » avec des bénéfices élevés, vous risquez de perdre leurs pigments (et donc leur couleur) en deux à quatre ans. En revanche, un vin de qualité, élaboré avec soin pour résister au temps, conservera son intensité chromatique pendant des dizaines d’années ou plus… et pourra même en montrer les évolutions !