Quelle couleur de raisin doit-on utiliser pour faire du rosé ?

Pour rappel, la peau du raisin rouge n’est en contact avec le jus que pendant un court instant lors de la vinification. C’est ce qui va donner au vin sa teinte rosée. Mais si vous n’arrivez pas à vous décider entre un rosé qui est un mélange de vin blanc et de vin rouge et un rosé authentique, vous savez qu’il n’y a qu’une solution : la dégustation !

Comment un vin rosé obtient-il sa couleur ? Avec quel type de raisin ?

Rosado (en Espagne), rosato (en Italie) et « blush » (aux États-Unis) sont autant de termes qui désignent le vin rosé. Selon le type de raisin sec utilisé et le temps pendant lequel les graines du fruit sont restées en contact avec le jus, la couleur de ce rosé peut aller du rose délicat au rouge vif. La question de savoir quel raisin sec utiliser pour le vin rosé se pose souvent ?

Les rosés peuvent être faits de manière douce, demi-douce ou sèche, la majorité des rosés européens étant très secs. En ce qui concerne le vin rosé, le mot « cépage » est plus souvent utilisé dans le processus de vinification que « raisin sec » pour le raisin de table.

La majorité des rosés sont élaborés à partir d’un cépage rouge. Les cépages les plus utilisés dans la production de vin rosé sont : Syrah, Carignan, Cinsault, Carignan, Grenache, Mourvèdre, Tempranil, Sangiovese, et Zinfandel.

Ces raisins (cépages) peuvent être utilisés seuls ou en combinaison. Les cépages du rosé sont parfois spécifiques à chaque pays. Ainsi, un rosé espagnol peut être fortement influencé par les raisins secs Tempranillo et Garnacha, tandis qu’un rosé italien peut s’appuyer davantage sur le Sangiovese, et que les Américains peuvent pencher davantage vers le Cabernet, le Merlot et le Zinfandel.

Les rosés produits dans la région de Provence, en France, ont une longue histoire et sont sans aucun doute parmi les meilleurs du monde. Les figues, les raisins secs et d’autres ingrédients importants que l’on trouve dans le rosé de Provence sont les principaux ingrédients de ce vin.

Traditionnellement, un bref contact entre les graines du raisin rouge et le jus de raisin est autorisé. La couleur du vin sera d’autant plus claire que le temps de contact avec les raisins sera court. Un temps de contact prolongé avec le jus et les peaux entraîne des changements de couleur qui vont d’un rose vif orangé à rien de moins qu’un rose chaud.

Le rosé pétillant est traditionnellement élaboré à partir d’un mélange de raisins secs rouges et blancs ; si cette pratique est souvent limitée à la catégorie des mousseux, elle est apparue dans les pratiques d’élaboration de certains rosés tranquilles dans les pays où cela est autorisé. Pour les vins tranquilles, cette pratique est proscrite en France.

A lire aussi : quels sont les différents types de raisin ?

D’autre part, comment sont élaborés les vins rosés ?

Les vins rosés sont élaborés à partir de raisins à peau noire et de jus de raisin blanc. Ils peuvent être élaborés selon deux méthodes différentes : La saignée ou la macération Il existe de nombreuses similitudes entre ce procédé et la fabrication du vin rouge, et c’est le plus courant.

À l’origine, il s’agit du même processus que la vinification du vin rouge, à l’exception de la restriction de la couleur du moût. Il s’agit du jus, qui n’a pas été fermenté, après que les raisins secs ont été fécondés ou pressés.

  • Comment fait-on du vin rosé, et quel est le procédé ?

La méthode de macération, qui est utilisée dans des régions telles que la Provence et le Languedoc-Roussillon en France, est la méthode de rosé la plus courante que nous voyons et qui est utilisée ici aussi. Les vins rosés sont en contact avec les peaux des raisins rouges pendant deux à vingt heures.

C’est le seul point de contact entre le jus des raisins et la peau des fruits. Le jus est ensuite fermenté pendant huit à quatorze jours pour s’assurer que le vin contient suffisamment d’alcool avant d’être conditionné. Le produit final est un vin qui combine les saveurs de la mangue et de la pêche.